La location de chauffe-eau, un choix avantageux?

location de chauffe-eau

La location de chauffe-eau, un choix avantageux?

Un chauffe-eau possède une durée de vie comprise entre 10 et 15 ans (moyenne d’environ 12 ans). Si vous remarquez que votre eau est moins chaude que d’habitude ou qu’elle présente une couleur jaunâtre (présence de rouille), ou encore que l’eau chaude se tarit hâtivement, il est temps de réparer ou de changer votre chauffe-eau.

Si vous décidez de remplacer votre chauffe-eau, vous avez deux possibilités : louer ou acheter un chauffe-eau. Chacune de ces solutions présente des avantages et des inconvénients. Vous devez donc prendre en compte divers éléments afin de faire un choix éclairé qui convient à votre situation.

La location d’un chauffe-eau

Plusieurs entreprises telles que Gaz Métro Plus, Les Huiles Norco ou encore la plus connue Hydro-Solution, proposent la location de chauffe-eau.

Les avantages

  • Le coût mensuel varie entre 14$ et 25$. Il comprend l’installation, l’entretien et les travaux de réparation. En général, aucun dépôt ne vous sera demandée.
  • En cas de problème, vous avez accès 24h/24, 7 jours/7 à un service de réparation d’urgence gratuit.
  • Le remplacement à sa fin de vie (maximum 15 ans) et l’installation du chauffe-eau sont gratuits. Généralement, les entreprises reprennent également votre ancien chauffe-eau.
  • Certains contrats de location prévoient une clause de surclassement vous permettant de changer la taille de votre chauffe-eau.

Les inconvénients

  • Le coût à long terme est dispendieux. Par exemple si vous louez un chauffe-eau à 14$ par mois sur 10 ans, vous aurez payé au total 1 680$. 
  • Le choix des modèles est limité. Pensez donc à vérifier l’efficacité électrique de l’appareil proposé.
  • La plupart des contrats de location stipulent que l’entreprise loueuse n’est pas responsable des dommages résultant d’un problème de chauffe-eau.
  • Les contrats de location comportent de nombreuses clauses concernant la fréquence de l’entretien, les réparations, le délai de réponse en cas d’urgence, etc., vous devez y porter une grande attention afin d’être certain de savoir à quoi vous vous engagez.

L’achat d’un chauffe-eau

Les avantages

  • C’est la solution la plus économique à long terme. Le prix d’un chauffe-eau standard installé varie entre 500$ et 1000$.
  • Vous disposez d’un vaste choix de modèles (diverses options pour la capacité et le rendement énergétique).
  • Vous aurez également un grand choix de fournisseurs allant des plombiers aux grandes surfaces en passant par les entreprises spécialisées.
  • Plusieurs fournisseurs proposent des offres de financement.
  • Une aide financière est disponible si vous changez votre chauffe-eau à combustible contre un appareil à efficacité énergétique.

Les inconvénients

  • L’installation n’est pas gratuite. Même s’il est possible de poser un chauffe-eau vous-même, un plombier certifié devra venir vérifier sa pose.
  • L’entretien ainsi que les réparations du chauffe-eau sont à votre charge. Sachez cependant que les bris habituels sur un chauffe-eau sont peu dispendieux (35$ en moyenne).
  • Les garanties sur l’installation de l’appareil et les pièces sont d’une durée limitée comprise entre 6 et 12 ans.
  • Plusieurs compagnies d’assurance ne couvrent pas les dommages causés par un chauffe-eau datant de plus de 10 ans.

Louer ou acheter son chauffe-eau: la conclusion

En conclusion, la location d’un chauffe-eau peut être une solution avantageuse pour les propriétaires d’immeubles locatifs qui ne se préoccupent pas de la gestion et qui répercutent le prix de la location dans les loyers. Sinon, optez pour l’achat qui sera bien plus économique et vous évitera de vous engager dans un contrat avec un fournisseur de services.

Pour l’achat ou l’installation d’un chauffe-eau dans la région de Montréal, faites confiance à l’équipe d’experts de Plomberie Roger Chayer.  

Qui doit payer le plombier: le locataire ou propriétaire?

payer le plombier: locataire ou propriétaire

Qui doit payer le plombier: le locataire ou propriétaire?

La toilette de votre logement est souvent bouchée? Le drain du lavabo est obstrué? Savez-vous dans quelles situations le locataire doit payer le plombier? Même si vous n’êtes pas propriétaire de votre logement, c’est à vous que revient la tâche des réparations mineures comme le changement des joints, des vis, et des frais qui y sont reliés. Toutefois, en ce qui a trait aux problèmes qui résultent d’un mauvais fonctionnement de la plomberie (toilette bouchée, drain du lavabo obstrué), les frais doivent être réglés par le propriétaire. En effet, ce dernier est tenu de payer pour l’entretien général du logement, dont les réparations rendues inévitables en raison de l’usure normale du logement. 

Mais attention! Si la réparation résulte d’une négligence de la part du locataire, les frais lui seront alors refilés. Ce serait le cas, par exemple, d’une fuite ou d’un bouchon dans une canalisation, provoqués par des travaux menés par le locataire. Il est aussi important d’ajouter que les travaux exécutés dans un logement locatif doivent toujours être approuvés par le propriétaire.

Quelles sont vos obligations en tant que locataire?

En tant que locataire, vous avez l’obligation de maintenir le logement en bon état, et ça inclut le système de plomberie! Ainsi, selon le Code civil du Québec, les obligations du locataire envers le propriétaire incluent : 

  • Utiliser le logement avec prudence et diligence (art. 1855 du C.c.Q.)
  • Effectuer les réparations locatives dans certains cas (art. 1864 du C.c.Q.)
  • Subir les réparations urgentes et nécessaires (art. 1865 du C.c.Q.)
  • Prévenir le propriétaire d’une défectuosité ou détérioration substantielle (art. 1866 du C.c.Q.)

Dans quelles situations le propriétaire doit-il payer le plombier?

Les réparations essentielles ou urgentes doivent être assumées par le propriétaire, à moins qu’ils ne résultent de la négligence du locataire. Les travaux urgents incluent les bris importants (ex. une fuite grave dans la tuyauterie) qui affectent le bon usage et la conservation du logement. 

Voici quelques exemples de situations où le propriétaire doit payer le plombier : 

  • Le sinistre survient après la signature du bail, mais il est dû à un mauvais entretien de la part du propriétaire; 
  • Le sinistre est dû à un vice de construction ou une catastrophe naturelle; 
  • Le sinistre est causé par la détérioration du système de plomberie; c’est encore le propriétaire qui doit assumer les frais, car ce dernier a l’obligation de s’assurer que le logement offert répond aux réglementations en vigueur;
  • Le problème de plomberie existait avant la signature du contrat, mais a été découvert par après par le locataire. 

Quoi faire en cas de litige?

Vous avez un problème de pression d’eau ou votre chauffe-eau déraille, et votre propriétaire refuse d’assumer les frais de réparations? Surtout, ne vous risquez pas à retenir votre loyer en espérant faire pression sur votre propriétaire, car vous vous placeriez ainsi dans une situation illégale. Le mieux est de bâtir un dossier béton contenant toutes les pièces justificatives démontrant que la cause des bris n’est pas votre faute.

Est-ce le locataire ou le propriétaire qui doit appeler le plombier?

Comme le plombier aura généralement besoin de l’autorisation du propriétaire pour effectuer les travaux, on recommande que ce soit celui-ci qui appelle le plombier. Évidemment, pour des travaux urgents, le locataire pourrait appeler le plombier, mais devra lui donner les coordonnées pour joindre le propriétaire.

Plombier expérimenté à Montréal

Vous cherchez un plombier compétent pour déboucher vos tuyaux, pour l’entretien préventif de votre système de plomberie ou pour tout type de réparation? L’équipe d’experts de chez Plomberie Roger Chayer offre un service courtois et rapide depuis plus de 70 ans. Nous sommes également disponibles 24/24 pour les urgences. Communiquez avec nous pour une soumission gratuite!

Choisir une toilette à faible débit – oui ou non?

toilette écologique à faible débit

Choisir une toilette à faible débit – oui ou non?

L’environnement et la surconsommation d’eau potable sont des sujets qui préoccupent de plus en plus de gens. Quand on sait que l’utilisation d’une toilette standard représente plus du tiers de consommation d’eau potable d’une maisonnée, il y a lieu de remettre en question ses habitudes de vie! Mais les toilettes à faible débit en valent-elles la peine? Et surtout, sont-elles efficaces?

Les premières toilettes écologiques

C’est avec l’idée de réduire notre consommation d’eau potable que les premières toilettes à faible débit ont été créées au début des années 1980. Malheureusement, les premiers modèles ont suscité la déception : c’est que leur puissance (utilisation de 3 L à 6 L d’eau à chaque chasse, contrairement à au moins 12 L pour une toilette standard) ne répondait pas aux attentes. En effet, on leur reprochait de générer des salissures, d’obstruer le siphon et la conduite d’amenée, et de créer d’autres blocages dans la tuyauterie d’évacuation. Des défauts qui leur ont valu une mauvaise réputation. 

Toilette écologique version améliorée!

Près de 40 ans plus tard, la situation s’est heureusement améliorée. Comme la plupart des toilettes résidentielles fonctionnent par gravité, les fabricants ont eu l’idée d’augmenter considérablement le diamètre d’ouverture entre le réservoir et la cuvette, de même que celui du siphon, située à la base de la cuvette. Le résultat fut concluant : un écoulement de l’eau plus puissant qui procure un meilleur nettoyage de la cuvette, et une évacuation des plus efficaces. 

Par ailleurs, l’industrie de la toilette écologique a commencé à introduire des modèles performants (utilisant 4,5 L ou 4,8 L) munis d’un mécanisme simplifié. Il s’agirait là d’un excellent compromis entre les modèles de 6 L (consommant plus d’eau), et ceux à double chasse (dotés d’un mécanisme plus complexe). 

Les toilettes passent le test!

Vous êtes toujours sceptique? Vous pourriez être intéressé d’apprendre que depuis 2003, plus des deux tiers des modèles de toilettes (dont les toilettes écologiques) sont évalués par un organisme indépendant ayant pour mandat de mesurer la quantité de déchets solides qu’elles peuvent évacuer d’un seul coup. Les résultats sont alors publiés dans le rapport du programme Maximum Performance Testing of Popular Toilet Models (MaP).

En outre, l’étiquette du programme WaterSens (de l’Agence de protection environnementale des États-Unis) a de quoi rassurer. Celle-ci vous garantit que la toilette peut évacuer au moins 350 g de déchets à chaque chasse (la moyenne étant de 150 g de déchets par chasse).

Bien choisir sa toilette à faible débit

L’achat d’une toilette à faible consommation est manifestement un choix sain pour l’environnement. Toutefois, il est important de considérer certains points avant d’en faire l’achat, car certains systèmes de plomberie ne sont pas nécessairement adaptés aux toilettes à faible consommation d’eau. 

Par exemple, un trop faible débit d’eau dans une tuyauterie usée (avec présence de sédiments et rouille à l’intérieur) pourrait favoriser les bouchons. Également, l’installation d’une toilette écologique dans un sous-sol n’est pas recommandée en raison de la pression d’eau qui n’est pas suffisante pour le clapet antiretour. 

Demandez conseil auprès d’un plombier expérimenté!

Vous voulez réduire votre consommation d’eau, mais ne savez pas si l’installation d’une toilette faible débit convient à votre situation? N’hésitez pas à contacter l’équipe dévouée de Plomberie Roger Chayer. C’est avec plaisir que nous vous aiderons à faire un choix qui répondra à vos besoins et à votre budget! 

Évitez les refoulements grâce au clapet antiretour

clapet anti-retour pour éviter refoulement égouts

Évitez les refoulements grâce au clapet antiretour

En cas de pluie diluvienne ou de fonte des neiges, votre maison est-elle à l’abri d’un possible refoulement d’égout? La vérité est que vous serez hors d’atteinte d’un refoulement d’égout seulement si vous êtes muni d’un système de clapet antiretour. 

Qu’est-ce qu’un clapet antiretour?

Il s’agit d’un système anti refoulement fonctionnel que l’on installe sur le collecteur principal de votre plomberie, ou sur les branchements de la tuyauterie d’évacuation. Son objectif principal : lors de pluies torrentielles, empêcher les eaux usées de l’égout municipal de refouler dans votre sous-sol par le biais des appareils sanitaires ou les drains du plancher. Le clapet facilite donc le passage d’air ou de liquide (eaux polluées, substances nocives ou autres impuretés) dans une seule direction. Autrement dit, il s’agit d’un aller simple pour les contenus indésirables!

Pourquoi est-il essentiel d’avoir un clapet anti refoulement?

Les eaux usées qui inondent le sous-sol peuvent faire beaucoup de dégâts, et coûter très cher. Par exemple, les isolants et les revêtements des murs et des planchers peuvent être à remplacer, d’autres structures, démolies, et plusieurs de vos biens souillés à jeter aux ordures. Sans compter que lors d’un refoulement d’égout, les lieux en entier devront être désinfectés, le risque de contamination microbiologique étant très élevé. Votre santé est donc en jeu elle aussi. 

Les différents types de clapets

On retrouve sur le marché deux types de clapets anti refoulement, soit le modèle ouvert et le modèle fermé. 

Le clapet normalement fermé

Le fonctionnement de ces clapets va comme suit : une porte à bascule se soulève pour permettre l’écoulement des eaux usées en provenance de la maison. La soupape du clapet se referme par la suite pour empêcher le refoulement d’égout à l’intérieur de la maison. 

Alors que certains sont conçus pour protéger certains appareils seulement (ex.: la machine à laver), d’autres protégeront plusieurs appareils sanitaires raccordés sur un même branchement d’évacuation. 

Le clapet normalement ouvert

En l’absence de refoulement, l’obturateur est fixé par le bas et à plat, en position ouverte. Sur les clapets dits «normalement ouverts», l’obturateur demeure en position fermée, et ce, jusqu’à une éventuelle pression provenant des égouts municipaux. Une trappe d’arrêt se soulève et obstrue l’accès uniquement dans le cas où le débit des eaux est renversé. Ce type de clapet s’utilise principalement dans les résidences unifamiliales. 

Contrairement au clapet fermé, le clapet ouvert est moins susceptible de retenir des débris et de s’obstruer. Il offre aussi la possibilité d’y insérer un câble de drain. Enfin, le clapet ouvert permet une meilleure ventilation du réseau d’évacuation. 

Ne craignez plus les eaux usées!

Vous venez d’acquérir une nouvelle propriété et vous ignorez quel type de clapet antiretour est le mieux adapté à votre résidence? Faites confiance aux plombiers certifiés de Plomberie Roger Chayer pour vous offrir les meilleurs conseils pour protéger votre maison. 

Communiquez avec nous pour tout service d’installation et de réparation de plomberie à Montréal et les environs.

Comment trouver un bon plombier?

trouver un bon plombier

Comment trouver un bon plombier?

Quand la plomberie fait défaut, il est important d’agir promptement, notamment pour éviter les dégâts d’eau. Mais parmi tous les professionnels vantant leurs mérites, comment vous assurer de trouver un bon plombier?

Déterminer le type de travaux à effectuer

Que ce soit en plomberie ou en tout autre domaine, les entrepreneurs ont tous des spécialités qui les caractérisent. Il est donc important de commencer par bien identifier le type de travaux que vous avez à effectuer, et d’opter pour un plombier titulaire d’une licence appropriée. Par exemple, tous les plombiers ne sont pas nécessairement en mesure d’aménager des systèmes hydroniques au glycol pour les planchers chauffants radiants… Aussi, pour des travaux impliquant des systèmes au gaz naturel, optez pour un partenaire certifié Énergir (anciennement connu sous le nom de Gaz Métro). 

Un bon conseil pour trouver un bon plombier : jetez un coup d’oeil au répertoire de la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ) afin pour vous assurer que ce dernier est en règle et qu’il détient les qualifications requises.

Comment trouver un bon plombier : à vos recherches!

Avec la mine d’informations que nous offre internet, il est très facile de mener sa petite enquête pour savoir à qui on a affaire. C’est donc le meilleur endroit pour commencer vos recherches. Et plus vous envisagez d’options différentes, plus vous aurez de chances de trouver la perle rare!

Voici quelques pistes intéressantes pour orienter vos démarches : 

  • Demandez à vos proches de vous transmettre le nom des professionnels avec lesquels ils ont eu une expérience positive et allez voir les avis et témoignages disponibles en ligne.
  • Comme mentionné précédemment, toute entreprise en plomberie se doit d’être membre en règle de la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ). 
  • Informez-vous sur la formation reçue, les années d’expérience, et demandez à avoir des références.
  • Demandez également le délai dans lequel les travaux peuvent être exécutés, surtout s’il s’agit de travaux urgents.

En outre, il n’est pas exclu de vous fier à votre petite voix intérieure… Lorsque vous téléphonez un plombier pour des informations ou pour expliquer votre situation, sentez-vous que votre interlocuteur est à l’écoute? Avez-vous l’impression qu’il comprend la situation et sait ce qu’il a à faire pour exécuter les travaux?

Trouver un bon plombier : demandez une soumission

Une fois que vous aurez identifié vos candidats potentiels, il est temps de demander des soumissions. À ce titre, les experts sont unanimes : pour être en mesure de bien comparer les options et de prendre une bonne décision, il est sage de demander 3 soumissions et ce, peu importe le type de travaux. En demandant un devis détaillé, vous serez en mesure de savoir combien il vous coûtera pour votre projet, la durée de la garantie relative aux pièces et à la main-d’œuvre, et ce qui est inclus dans le prix (les tâches effectuées). 

Des travaux de qualité exigent un suivi approprié

Pour que vos travaux de plomberie se déroulent sans anicroche, il est de mise de suivre ces quelques recommandations de la CMMTQ :

  • Après chaque journée de travail, signez les feuilles attestant du temps et du matériel fourni par votre plombier;
  • Au terme des travaux, demandez au plombier de vous remettre les pièces défectueuses qui ont dû être remplacées;
  • En cas de problème, sachez que vous pouvez déposer une plainte au Service juridique de la CMMTQ.

Vous cherchez un plombier fiable, compétent et expérimenté dans la région de Montréal? Confiez vos travaux de plomberie en toute quiétude à l’équipe dévouée de Plomberie Roger Chayer. Services d’urgence 24/24, 7 jours sur 7.

Quel système de chauffage à eau chaude choisir?

Installation système de chauffage à eau chaude à Montréal

Quel système de chauffage à eau chaude choisir?

Que vous soyez en pleine rénovation, que vous changiez de domicile ou que vous cherchiez à diminuer vos factures d’électricité, il est important de choisir votre système de chauffage avec soin. Dénicher un système performant offrant un maximum de confort, à coût raisonnable, c’est possible! Mais sur quels critères doit-on se pencher pour faire le bon choix? 

Chauffage à eau chaude : un système qui s’adapte à vos besoins

C’est peu après les années 1930 que le chauffage central à eau chaude fait son apparition. Ceci explique pourquoi la majorité des systèmes de chauffage de ce type se retrouvent dans les maisons plus anciennes, voire des maisons centenaires. 

De nos jours, moins de gens optent pour le système de chauffage à eau chaude dans leur maison neuve, car ces derniers sont plus dispendieux. Pourtant, les systèmes plus récents offrent meilleur rendement énergétique de plus de 90%. Les systèmes à eau chaude comportent de nombreux avantages qui vous pourraient vous ravir des années durant.

Les avantages du système à eau chaude

Confortable, économique et sain (pour la santé et pour l’environnement), le chauffage à eau chaude offre une température stable; l’eau circulant dans les radiateurs et les conduits en acier n’est jamais élevée au point de brûler les doigts au toucher (mais elle reste chaude longtemps!). Par ailleurs, ce type de chauffage ne poussant pas l’air comme le font les systèmes à air pulsé, la circulation des particules, contaminants et autres allergènes est diminuée.

Les radiateurs en fonte, par exemple, diffusent une partie de leur chaleur par convection (et aussi par radiation). Ce sont alors les objets dans la pièce qui sont chauffés, et non l’air. Plus le radiateur est massif, plus l’effet de radiation est puissant. Certains comparent l’effet de chaleur de ces radiateurs aux chauds rayons du soleil!

Les types de chauffage à eau chaude : lequel choisir?

Pour faire circuler l’eau, deux types de systèmes à eau chaude sont utilisés : les systèmes à gravité et ceux à circulation forcée. 

Les systèmes à gravité

Ne nécessitant pas de pompe, ce système fonctionne grâce à une différence de densité entre l’eau d’alimentation et l’eau de retour. L’eau circule tout naturellement, et la chaleur est distribuée équitablement dans toute la maison. 

De plus en plus délaissés au profit des systèmes à circulation forcée, les systèmes à gravité offrent un moins bon rendement énergétique en raison des fluctuations importantes de température que peut générer la lente circulation de l’eau. 

Les systèmes à circulation forcée

Il s’agit du modèle de chauffage à eau chaude le plus couramment utilisé. Assurée par un système de pompes, la circulation d’eau peut générer une puissance thermique pouvant atteindre 1,5 MW (pour les immeubles résidentiels).

Parmi les systèmes à circulation forcée les plus courants, on retrouve le système à boucle (faibles coûts d’installation), le système à un seul conduit, et le système à deux tuyaux (retour direct ou renversé).

Pour avoir chaud cet hiver, demandez les conseils d’un spécialiste!

Vous songez à remplacer votre appareil actuel par un système de chauffage à eau chaude? Plomberie Roger Chayer inc. vous fournira les précieux conseils dont vous avez besoin pour faire le meilleur choix pour vous! 

Références : 

http://plus.lapresse.ca/screens/16853dba-1d32-406a-a8ed-8e3bdd478ff8__7C___0.html

https://www.ecohabitation.com/guides/2536/les-systemes-de-distribution-de-chaleur-a-eau-chaude/

Matériel de plomberie: les essentiels à avoir

Matériel de plomberie - Plomberie Roger Chayer

Matériel de plomberie: les essentiels à avoir

Votre toilette s’est bouchée et un de vos tuyaux fuit? Vous ne savez pas quoi faire? Que vous soyez plombier ou non, il est toujours bon d’avoir chez soi le matériel de base pour savoir réagir en cas d’urgence. Mais en quoi consiste ledit matériel? 

Matériel de plomberie, au-delà du siphon de toilette

Bien que sous-estimés, les siphons de toilette – communément dénommés débouche toilette –  sont pourtant un accessoire essentiel à avoir dans votre salle de bain. Bien qu’ils soient peu esthétiques, ils sont tout de même d’une très grande utilité lorsque votre toilette s’obstrue. 

Lorsque vous devez faire face à cette situation, ayez le réflexe de fermer la valve d’entrée d’eau de votre toilette et avec le siphon, procédez à un mouvement de va-et-vient afin de débloquer celle-ci. Mais le siphon n’est pas le seul accessoire que vous devriez avoir en main. 

Ruban de téflon blanc

Le ruban de téflon blanc est en fait un composé plastique utilisé en plomberie pour s’assurer que le joint du filage d’une partie qui se visse ne fuira pas avec la pression d’eau. Ce ruban comble les minuscules vides qui peuvent se créer lorsque vous visez deux accessoires de plomberie ensemble tel qu’une valve sur un tuyau. Le téflon fait partie du matériel de plomberie indispensable à avoir. 

Le coupe-tuyau 

Lorsque vous devez procéder à la coupe d’un tuyau, qu’il soit en cuivre ou en PVC, vous devez vous munir non pas d’une scie, mais bien d’un coupe-tuyau. De conception compacte, les nouveaux coupe-tuyaux peuvent être utilisés dans des endroits restreints facilitant ainsi la coupe et les manipulations tout en étant sécuritaires. 

La documentation de vos accessoires de plomberie

Vous venez d’acheter un nouveau robinet, une nouvelle toilette ou un réservoir à eau chaude et vous pensez jeter le manuel d’instruction? Grave erreur! Ce manuel est précieux, car, au-delà des instructions pour faire l’assemblage, il fournit le numéro des pièces ainsi que le nom de la compagnie. Ainsi, lorsqu’une des pièces brise ou qu’elle devient défectueuse, il est alors beaucoup plus facile de se procurer la bonne pièce. Si vous faites affaire avec un plombier, ce dernier vous en sera encore plus reconnaissant et cela fera sauver du temps.  

Produits chimiques de nettoyage et de débouchage: des produits à éviter

Qui n’a jamais utilisé un produit pour déboucher les drains? Vendus dans presque toutes les quincailleries ainsi que dans plusieurs magasins de grandes surfaces, les produits chimiques pour le nettoyage et le débouchage des drains sont très utilisés et peuvent pourtant causer bien des dégâts. 

En effet, il est important de savoir que certains produits ne conviennent pas à tous les types de plomberie. Certains sont dommageables pour les tuyaux en cuivre alors que d’autres sont plus dommageables pour le plastique. Voilà pourquoi il est important de bien lire les indications sur l’étiquette des produits que vous choisissez. 

Retenez que de tout bon plombier vous recommandera d’éviter ces produits qui sont trop forts pour la tuyauterie et pour lesquels les risques de brûlure et de bris de la tuyauterie sont très élevés.

Votre plombier à la rescousse

Il arrive que malgré toutes les précautions que l’on prend, certaines situations nécessitent l’expertise d’un spécialiste. Voilà pourquoi il est important de toujours garder à portée de main le numéro de téléphone de votre plombier. Chez Plomberie Roger Chayer, nous sommes spécialistes dans la région de Montréal. Quel que soit la problématique à laquelle vous êtes confronté, nous sommes là pour la résoudre. Contactez-nous: (514) 590-0666

Pas d’eau chaude? Un problème de chauffe-eau!

probleme-de-chauffe-eau-plomberie-roger-chayer

Pas d’eau chaude? Un problème de chauffe-eau!

Sur le point de vous faire couler un bon bain chaud, vous constatez que vous n’avez pas d’eau chaude! Un problème bien embêtant pour nous qui sommes habitués à tenir celle-ci pour acquise. Mais qui dit problème, dit solution. Et souvent, la solution vient du chauffe-eau.

Les problèmes de chauffe-eau les plus fréquents

Différentes causes techniques ou électriques peuvent expliquer le fait que vous n’ayez pas d’eau chaude dans la maison. Eh oui, bien qu’il vous serve assidûment, votre chauffe-eau n’est malheureusement pas infaillible!

Que vous ayez un chauffe-eau électrique ou au gaz, voici quelques pistes de solutions aux problèmes de chauffe-eau les plus courants.

Pas une goutte d’eau chaude?

Si votre eau est glacée en tout temps, et que vous avez un chauffe-eau au gaz, vérifiez si la veilleuse est en panne. Le cas échéant, il est possible que vous deviez nettoyer le brûleur ou remplacer le thermocouple. Si votre chauffe-eau est électrique, assurez-vous que le thermostat n’est pas défectueux. Si tel est le cas, vous devrez appeler un plombier pour le remplacer.

Vous n’avez qu’une petite quantité d’eau chaude

Si votre eau est chaude, mais que vous n’en avez pas suffisamment, différents éléments doivent être évalués. Généralement, une diminution d’eau chaude peut être attribuée à :

  • Une utilisation abusive du chauffe-eau; si vous avez une grande famille et que vous vous faites la guerre pour avoir de l’eau chaude, celui-ci n’est peut-être pas assez grand!
  • Une fuite dans le système de plomberie; vérifiez les robinets des salles de bain ou de la cuisine;
  • Une température inadéquate du thermostat; celle-ci doit être supérieure à 49 °C (120 °F) ;
  • Des saletés. Sur un chauffe-eau au gaz, le brûleur peut être obstrué, nécessitant un bon nettoyage;
  • Une défectuosité de l’élément de chauffage. Sur un modèle électrique, celui-ci peut être déficient et nécessiter d’être remplacé.

Pas d’eau chaude: autres défectuosités possibles

Parmi les différentes causes pouvant expliquer un mauvais fonctionnement de votre chauffe-eau (et une diminution de votre qualité de vie!), vous pourriez être confrontés à:

  • Des éléments défectueux: le voltage peut être trop élevé, les connexions du filage pas assez serrées, ou il peut y avoir un court-circuit à un certain endroit.
  • Des fusibles qui brûlent souvent: les contacts oxydés, pas assez serrés, ou le filage d’alimentation trop restreint pour vos besoins.
  • Le robinet de vidange qui coule: si le robinet est ouvert, vous pouvez le refermer vous-même. S’il est défectueux, vous devrez faire appel à un expert.
  • La soupape de sécurité qui coule: plusieurs aspects doivent être passés au peigne fin en ce qui concerne la soupape de sûreté. Si elle coule, elle peut être mal assise ou défectueuse, le thermostat peut être déficient, la pression excessive, ou il peut y avoir une expansion thermique sur le système d’eau.

Retrouvez votre confort habituel grâce à nos plombiers qualifiés!

Vous éprouvez des problèmes avec votre chauffe-eau? Faites appel à l’expertise de Plomberie Roger Chayer pour l’entretien et la réparation de votre système de plomberie! Contactez-nous pour une estimation gratuite!

Comment faire l’installation de votre lave-vaisselle?

Installation lave-vaisselle - Plomberie Roger Chayer

Comment faire l’installation de votre lave-vaisselle?

Le lave-vaisselle domestique ou résidentiel est un appareil qui fait littéralement partie des meubles pour une vaste majorité de ménages. Contrairement aux autres électroménagers usuels, le lave-vaisselle demande toutefois un peu plus d’attention quand il s’agit de l’installer.

Dans certains cas, faire appel à un plombier peut être requis. Quoi qu’il en soit, une installation méthodique du lave-vaisselle garantit son bon fonctionnement pendant des années.

Dans cet article:

Les choses à faire avant l’installation d’un lave-vaisselle

Une installation méthodique d’un lave-vaisselle garantit son bon fonctionnement pendant des années. C’est pourquoi, dans certains cas, faire appel à un plombier professionnel peut être nécessaire. En effet, l’installation d’un lave-vaisselle à un endroit éloigné des canalisations d’arrivée d’eau et d’évacuation des eaux usées peut requérir le travail d’un plombier et d’un électricien.

Toutefois, avant d’installer votre nouveau lave-vaisselle, vous devez vous assurer de certains points tels que :

  • L’emplacement dans lequel vous souhaitez mettre votre appareil est assez grand. Vous devez savoir qu’un lave-vaisselle standard mesure 35 po de hauteur par 24 po de largeur par 24 po de profondeur, et qu’il faut prévoir un peu d’espace à l’arrière pour les tuyaux, pour la membrane d’isolation et pour l’ajustement positionnel (possible grâce aux pattes avant dévissables).
  • Une  prise de courant de 120 volts (prise terre) se trouve à proximité, idéalement située à plusieurs centimètres du sol (cela évite en cas de fuite d’eau qu’elle soit mouillée) et assez loin de l’arrivée d’eau pour éviter les courts-circuits.
  • La plomberie comporte une arrivée d’eau chaude, une canalisation d’évacuation et une vanne d’arrêt.
  • Assurez-vous enfin d’avoir sous la main les outils adéquats, comme un tournevis multitêtes, un tourne-écrous, un niveau à bulle, une clé à douille, une pince, un coupe-tube, une clé à molette, un ruban à mesurer, une perceuse et une chaudière.
  • Vérifiez que vous disposez de toutes les pièces nécessaires aux branchements de l’appareil, car elles ne se trouvent pas nécessairement dans l’emballage. On parle ici de vis, de colliers de serrage, de boyau de vidange, de moulures, de capuchons, de ruban blanc (de plomberie), de conduite d’eau chaude, de raccords, etc.

Dans le cas d’un remplacement d’appareil, il vaut toujours mieux utiliser des tuyaux et des raccords neufs même si les anciens semblent encore bons.

Les 8 étapes incontournables de l’installation d’un lave-vaisselle

L’installation proprement dite du lave-vaisselle comporte différentes étapes dont les principales sont :

  1. Déballez votre appareil, vérifiez qu’il est en bon état et si besoin fixez l’ensemble des éléments.
  2. Lisez attentivement et suivez le manuel d’installation qui comporte toutes les étapes à réaliser.
  3. Coupez l’eau et l’électricité dans votre cuisine afin de travailler en toute sécurité.
  4. Raccordez l’appareil à l’arrivée d’eau. Le raccordement doit se faire à une canalisation d’eau chaude en faisant attention de ne pas plier ou écraser le tuyau. Si l’emplacement dispose déjà d’un robinet d’alimentation libre, le branchement est facile. Il suffit de relier l’embout du tuyau flexible tressé au robinet d’arrivée d’eau.
    Vissez complètement le raccord après avoir pris soin d’insérer le joint d’étanchéité. Ouvrez la valve pour valider. Il est conseillé d’enduire les filets du robinet de graisse de silicone ou d’y enrouler un ruban de plomberie. En l’absence de robinet libre, vous pouvez utiliser un robinet «autoperceur» ou couper et compléter les canalisations. Dans les deux cas, c’est préférable de confier la tâche à un plombier.
  5. Raccordez l’appareil à l’évacuation des eaux usées. Le branchement pour évacuation est généralement simple. Fixez le boyau de vidange du lave-vaisselle au tuyau d’évacuation d’eaux usées, plus précisément à l’entrée latérale de son raccord anti-refoulement en PVC (qui s’y trouve déjà). Assurez l’étanchéité grâce à un collier de serrage. Si ce type de raccord n’est pas présent, encore une fois, vaut mieux appeler un plombier.
  1. Branchez le lave-vaisselle à l’alimentation électrique. Le branchement du lave-vaisselle à l’alimentation électrique implique une prise de terre et un coupe-circuit. Le câblage de la résidence doit arriver à l’arrière de la boîte de jonction du lave-vaisselle via une bague anti-traction. Distinguez les trois fils du lave-vaisselle (blanc, noir, vert) dont les extrémités sont dénudées.
    Utilisez des capuchons de connexion homologués et de la bonne grosseur pour joindre les fils (blanc avec blanc, noir avec noir et vert au fil de terre). Vissez le couvercle de la boîte de jonction. Évitez d’intégrer une rallonge électrique.
  1. Vérifiez avec le niveau à bulle que votre lave-vaisselle est bien droit et stable sur ses quatre pieds.
  1. Avant toute utilisation, rétablissez l’eau et l’électricité, puis lancez un premier cycle à vide afin de repérer d’éventuelles fuites souvent situées au niveau des raccordements.

Cas particulier : un lave-vaisselle encastrable

Très souvent, le lave-vaisselle est à encastrer sous le comptoir de la cuisine et, habituellement, un espace est prévu à cette fin. Pour ce type de modèle, l’installation nécessite plusieurs manipulations délicates supplémentaires à effectuer notamment si le plancher de la cuisine a été surélevé. Si l’appareil est intégré dans la cuisine équipée, alors vous aurez possiblement la porte ou le panneau d’habillage à installer afin que celui-ci se fonde dans le décor. De plus, vous devrez fixer sous le plan de travail des protections contre la condensation.

Le lave-vaisselle peut aussi reposer sur un tapis anti-vibrations, selon la planéité du plancher et sa composition. Évidemment, ce n’est qu’une fois toutes les autres étapes correctement complétées que l’encastrement doit se faire.

Faites confiance à un plombier d’expérience

Toutes les installations, anciennes, nouvelles ou inédites, n’ont pas de secrets pour les pros de Plomberie Roger Chayer. Ayez l’esprit tranquille, faites appel à nos services pour installer votre nouveau lave-vaisselle.

Problème de pression d’eau: causes et solutions

Problème pression d'eau - Plomberie Roger Chayer

Problème de pression d’eau: causes et solutions

Un problème de pression d’eau dans votre résidence peut avoir différentes causes. S’il est parfois possible de régler le problème par vous-même, un manque de pression d’eau peut aussi être le signe d’une défectuosité importante, et nécessiter l’intervention d’un plombier qualifié.

Quelles sont les causes d’un problème de pression d’eau?

Si vous avez remarqué que la pression d’eau à la sortie de votre robinet est plus faible que d’habitude, il vaut la peine d’investiguer pour découvrir la véritable source du problème.

Voici quelques vérifications à effectuer par vous-même afin de déterminer s’il s’agit d’un problème mineur ou majeur.

Testez la pression de tous les robinets

Vérifiez si toutes les pièces sont touchées par le manque de pression (cuisine, salle de bain, robinets extérieurs pour tuyaux d’arrosage, etc.).
Ouvrez successivement les robinets d’eau froide, puis d’eau chaude. Si la baisse de pression affecte l’eau chaude, le problème concerne assurément le chauffe-eau.

Si votre chauffe-eau est en cause

Votre chauffe-eau n’est pas infaillible, et après plusieurs années de loyaux services, il est fréquent qu’il affiche des signes d’obstruction ou de corrosion. Si vous croyez que votre chauffe-eau cause votre problème de pression d’eau, contactez votre plombier. S’aventurer à réparer un chauffe-eau alors que l’on n’est pas spécialiste peut s’avérer risqué. Votre plombier est parfaitement outillé pour déterminer s’il faut réparer ou remplacer l’élément en entier.

Cherchez les dépôts de calcaire

Si le problème se situe dans une seule pièce, il se peut que le robinet ou le filtre soit entartré. Pour en avoir le cœur net, suivez les étapes suivantes :

  • Dévissez le filtre anticalcaire situé à l’embout du robinet.
  • Voyez s’il s’y trouve un dépôt plus ou moins épais.
  • Si le tartre est abondant, plongez-le dans une solution à base de vinaigre blanc, ou remplacez le filtre.
  • Ouvrez le robinet avant de remettre le filtre; si la pression est toujours faible, c’est que le problème ne vient pas du filtre.

Déterminez s’il s’agit d’un problème généralisé

Si le manque de pression d’eau ne semble pas provenir d’une seule pièce ou d’un seul robinet, c’est que le problème s’étend à l’ensemble de la maison. En pareil cas, vous pourriez jeter un œil :

  • Au réducteur de pression et à la vanne d’arrêt; modifiez le débit d’eau s’il y a lieu, et si la vanne est défectueuse, remplacez-là.
  • À la présence de fuites d’eau (toilettes ou ailleurs);
  • Au chauffe-eau : si la faible pression n’affecte que l’eau chaude, il se peut que la vanne d’arrêt soit partiellement fermée.

Cherchez les fuites d’eau

Vos toilettes sont les installations qui, au fil du temps, connaissent le plus de fuites, qu’elles soient visibles ou non. Ces fuites, de même qu’elles entraînent des factures de consommation plus élevées, mènent également à une diminution de la pression d’eau.

Comment vérifier si une de vos toilettes est touchée par une fuite?

  • Retirez le couvercle du réservoir de la toilette.
  • Versez quelques gouttes de colorant alimentaire dans l’eau du réservoir.
  • Laissez reposer une heure.
  • Si la couleur a disparu, une fuite en est responsable! En pareil cas, soit il faut changer le joint, soit il faut remplacer tout le mécanisme.

Les fuites d’eau peuvent aussi se retrouver dans le sous-sol et sur le parcours des canalisations. Si vous entendez les gouttes tomber, il peut s’y trouver des fuites souvent faciles à réparer.

Si malgré tous vos efforts, vous êtes toujours aux prises avec un problème de pression d’eau, communiquez avec Roger Chayer Plomberie. Notre équipe expérimentée est disponible 7/7 pour vous aider.